06 75 11 88 70

Bien dormir est indispensable

30/09/2019

Prendre soin de son sommeil


On entend souvent parler de « sommeil réparateur » mais que se cache-t-il derrière ? Quelles sont les différentes facettes cachées du sommeil et quels sont ses différents rôles dans l’organisme ?

Le sommeil a de multiples effets sur le fonctionnement de notre corps. Alors que certaines fonctions de l’organisme ralentissent leur activité (rythme respiratoire – tension artérielle – activité motrice), d’autres fonctions sont favorisées par le sommeil.

Depuis quelques années, nous commençons à entrevoir les fonctions incroyables du sommeil. La chronobiologie, en ce sens nous a beaucoup apporté. Nous savons que sous l’impulsion de notre horloge biologique, il joue un rôle essentiel pour notre santé au quotidien mais aussi à long terme en luttant contre le vieillissement et la réparation cellulaire.

A chaque âge le sommeil aura ses spécificités. Pendant l’enfance, il sollicitera les hormones de croissances mais aussi la maturation cérébrale avec une durée de sommeil paradoxal plus longue pour mieux apprendre, trier et mémoriser.

A tout âge, il maintiendra et contrôlera le bon fonctionnement de notre système immunitaire. Bien dormir permettra également d’améliorer l’humeur mais également d’accroître la vigilance.


Stimulation des sécrétions hormonales

Cette fonction est primordiale en particulier chez le bébé et durant l’enfance, période à laquelle la production des hormones de croissance est nettement favorisée par le sommeil.

Chez l’adulte, le sommeil stimule notamment la sécrétion d’insuline, de prolactine et de testostérone.

Le manque de sommeil peut créer de nombreux désordres hormonaux comme par exemple des anomalies sur le cortisol ou bien l’insuline. Ces derniers jouent un rôle essentiel sur la gestion du poids. Ainsi une mauvaise qualité de sommeil peut modifier le métabolisme de base et celui des glucides.

Mais quand nous parlons de sommeil et sécrétion hormonale, il est difficile de ne pas citer la mélatonine, l’hormone du sommeil. Cette hormone est souvent associée à la lumière. C’est une association logique puisqu’elle est photosensible et la lumière l’inhibe. Cela peut être formidable lorsque cet effet est recherché, notamment avec la luminothérapie qui permet de resynchroniser notre horloge biologique lorsque cette dernière est décalée. Cela peut servir dans le cadre du retard de phase de sommeil (couche-tard) mais aussi dans le cas inverse de l’avance de phase pour ceux qui se couchent trop tôt (souvent des sujets âgés).

Le problème avec cette hormone somnifère, c’est qu’elle se trouve être très sensible à nos grands ou petits écrans. Le danger vient du fait que cette lumière nocturne bleutée bloque la sécrétion de mélatonine et envoie ainsi un message «on» d’activité à notre cerveau. Regarder un écran dans son lit c’est comme dire à notre cerveau qu’il fait jour et qu’il faut de ce fait, nous maintenir en état d’éveil.


Reconstruction et réparation cellulaire

C’est durant la période de sommeil que nos cellules se régénèrent. Si nous prenons l’exemple de la peau, la nuit est le moment privilégié de la cicatrisation des petits bobos ou encore du renouvellement naturel des cellules épidermiques.

Nous avons vu que le sommeil était récupérateur, qu’il permettait de recharger nos batteries après une journée bien remplie. Mais il va bien au delà.

Ce que nous savons moins, c’est que dormir sert à réparer l’organisme en profondeur, une sorte de révision nocturne. Pendant le sommeil profond, tout y passe ! Les tissus des viscères (poumons, foie, intestins, pancréas, estomac…) et de la peau se régénèrent, les os, les muscles et même les cellules de notre cerveau se renouvellent, ainsi qu’une multitude d’autres taches régies par nos hormones et leur horloge.


Renforcement de l’efficacité du système immunitaire

Le système immunitaire se construit prioritairement durant notre sommeil. Il s’agirait notamment d’un pic de sécrétion d’hormones telles que la dopamine ou la prolactine qui agirait sur le renforcement de nos défenses immunitaires durant la nuit.

Bien dormir, avec un sommeil en quantité et en qualité satisfaisante permet de préserver sa santé. D’après une étude de 2015 publiée par l’INSERM "Dormir moins de 6 heures par nuit multiplie par 4 le risque de tomber malade après une exposition à des virus"

Bien dormir permet donc de réparer notre corps physiquement et mentalement.

Alors, prenez bien soin de votre sommeil!

Source: Sommeil.org


Source: Nutergia