06 75 11 88 70

La Maladie de Lyme ... la petite bête qui monte

02/08/2017





La Maladie de Lyme, la petite bête qui monte...


Nous entendons de plus en plus parler de cette maladie infectieuse, qui semble s’étendre de plus en plus. Certains parleraient même d’épidémie. Le sujet est vaste et complexe. Voici quelques informations pour mieux comprendre de quoi il s’agit.

La Maladie de Lyme, c’est quoi?

La Borréliose ou maladie de Lyme est une infection qui peut toucher l’homme comme les animaux. La maladie n’est pas contagieuse. Elle ne se propage à l’homme que par la piqûre des tiques, qui se nourrissent de sang.
Par la morsure, la tique peut transmettre plusieurs bactéries, dont principalement la Borrelia burgdorferi, de la famille des borrélies d’où le nom de Borréliose.
Le plus souvent asymptomatiques au stade 1 de l’infection, la maladie devient pluri symptomatique dans sa phase chronique, et peut causer des troubles neurologiques, dermatologiques, articulaires et plus rarement cardiaques et ophtalmiques.
La maladie de Lyme est une grande imitatrice, c’est justement ce qui la rend difficilement identifiable. Elle peut se «déguiser» en plusieurs maladies en imitant les symptômes de la sclérose en plaque, la spondylarthrite ankylosante ou certaines maladies auto-immunes, par exemple.

Ou et comment peut–on être infecté?


La tique vit dans les bois et buissons humides, mais peut aussi de trouver dans les prairies, les jardins et les parcs.
L’homme est un hôte accidentel, contaminé par la morsure de tiques infectées pendant la période où les tiques sont plus actives, au printemps et au début de l’automne.
La maladie de Lyme est transmise uniquement par la piqûre d’une tique infectée, quelque soit son stade de développement: larve, nymphe ou adulte.
La tique ne saute ni ne vole. Elle demeure sur la végétation et se laisse tomber sur sa victime pour s’y accrocher grâce à ces membres inférieurs. Elle gagne ensuite des zones du corps à la peau fine: jambes, plis de l'aine, pubis, aisselles, cou ou le cuir chevelu pour planter son rostre dans la peau et sucer le sang.
La piqûre est indolore et peut durer plusieurs jours, de 2 à 14 jours, selon de la taille de développement du parasite.

Symptômes et stades de développement de la maladie.

3 stades de développement sont actuellement identifiés:

  • Stade 1, ou phase aiguë: de 3 à 30 jours après la piqûre. Une plaque rouge circulaire peut apparait et s’étendre, mais ce n’est pas systématique. Des symptômes pseudo-grippaux peuvent aussi apparaitre: fatigue, frissons, fièvre, courbature, ganglions lymphatiques gonflés, nausée
A ce stade, la maladie peut être aisément traitée par antibiothérapie.
 
  • Stade 2: en l’absence de traitement, des éruptions cutanées apparaissent accompagnées de symptômes diffus comme de la fatigue, des difficultés de concentration, des sautes d’humeur, des douleurs musculaires
 
  • Stade 3: la bactérie colonise certains organes (des mois, voire des années après la contamination) et des symptômes plus extrêmes peuvent se manifester, souvent par crises. La maladie atteint alors un stade pluri symptomatique, et comme vue précédemment, imitant les symptômes de diverses maladies, sans qu’aucun diagnostique puisse être véritablement posé. Ce sont justement ces diverses manifestations, qui apparaissent et disparaissent aussi soudainement, et parfois assez invalidantes qui rendent si difficile l’identification de la maladie.
Pour l’heure, cette maladie sournoise n’a pas encore de traitement à proprement parlé et les tests de dépistage ne sont pas fiables. L’antibiothérapie reste le premier traitement à entreprendre au plus tôt pour éradiquer la prolifération des bactéries. Un accompagnement en traitements naturels complémentaires peut aussi être efficace en travaillant sur le terrain de la personne, ce qui peut aider à réduire la propagation pathogène et la multiplicité des symptômes.

Comment se protéger?

Au cours de promenades en forêt ou dans les champs, il est conseillé:
  • Si possible, de porter des vêtements longs et des chaussures fermées
  • Utiliser des répulsifs cutané et/ou pour textile (demander conseil à votre pharmacien)
  • Au retour de la ballade, procéder à une inspection minutieuse des zones «sensibles», jambes, arrière des genoux, plis de l’aine, pubis, aisselles, oreilles, cou…
Si vous trouver une tique, surtout de pas l’arracher ou l’endormir avec de l’éther ou de l’alcool. Retirer la délicatement avec une pince ou un crochet anti-tique. Évitez la pince à épiler car le rostre pourrait rester à l’intérieur de la peau. Si vous n’êtes pas équipé, rendez-vous rapidement à la pharmacie.
  • La larve de tique est difficilement visible, alors les jours suivant votre ballade, soyez vigilant sur d’éventuelles piqûres qui ne disparaitraient pas au bout de 3 ou 4 jours et qui auraient tendance à former une plaque rouge ou qui s’agrandirait. Dans ce cas, ne pas hésiter à consulter votre médecin.

Ne cédez toutefois pas à la psychose en vous privant de jolies ballades en forêt ou en montagne. Demeurez vigilants et adoptez le réflexe de vous protéger systématiquement avant une ballade contre les piqûres d’insectes en tout genre. Les répulsifs cutanés et pour textile sont assez efficaces.

Bel été à tous et belles ballades!


Infos pratiques

Actualités

Les vertus du vinaigre de pommes

Un condiment aux multiples bienfaits...

La Maladie de Lyme ... la petite bête qui monte

Nous entendons de plus en plus parler de cette maladie infectieuse. Voici quelques in...

Les bienfaits de la sieste...

Comment et pourquoi faire une bonne sieste?

>> Voir toutes les actualités


Contact
Suivez-moi